Pérennité et transformations du modèle de la transmission familiale des exploitations viticoles

Christèle Assegond

Charlène Rocafull

Nous proposons d’explorer dans cette communication les processus de transmission des places professionnelles (Jacques-Jouvenot, 1997) et du métier au sein des exploitations viticoles en région Centre-Val de Loire. L’impact des effets de génération sur l’organisation du travail et le modèle économique sera plus particulièrement observé, questionnant ainsi l’évolution des modèles professionnels des viticulteurs et vignerons. Il s’agit ici de regarder « ce que la famille fait au travail », c’est-à-dire les conséquences de la transmission familiale sur le travail (Sposito, 2017).

Le modèle de la transmission familiale des exploitations reste aujourd’hui très dominant, malgré une transformation des modèles professionnels et économiques depuis les années cinquante.

La génération des parents ou grands-parents des exploitants actuels étaient majoritairement composée de polyculteurs ; beaucoup d’entre eux étaient des « apporteurs » qui vendaient leur raisin ou leur moût en coopérative. A partir des années quatre-vingt, avec la montée en qualité et en réputation des vins de Loire, la génération suivante s’est spécialisée, faisant de la viticulture son activité unique ou principale. Cette valorisation du produit s’est accompagnée d’une valorisation du métier de vigneron alliant production, transformation et commercialisation du vin. La vente au domaine s’est développée, concurrençant voire supplantant le modèle coopératif. La formation à la vinification s’est d’abord faite « sur le tas », souvent avec un œnologue. La commercialisation était souvent prise en charge, totalement ou partiellement, par les parents toujours présents sur l’exploitation ou par la conjointe. L’accroissement de l’activité et l’agrandissement des exploitations mènent aujourd’hui à une spécialisation des activités qui nécessitent des compétences plus pointues relevant de formations différentes. Ainsi, il n’est pas rare que plusieurs membres de la famille, notamment les enfants, participent à l’activité de l’exploitation, chacun occupant des fonctions différentes (production, vinification, commercialisation, communication…) selon sa formation. Le modèle traditionnel de transmission de l’exploitation et du métier à un seul héritier s’en trouve modifié.

Pour analyser cette évolution, nous nous appuierons sur les données recueillies auprès de viticulteurs et viticultrices dans le cadre d’une recherche financée par la Région Centre-Val de Loire intitulée « Stratégies de transmission des exploitations et pratiques professionnelles en viticulture » (SEPage). Les matériaux recueillis consistent en des récits de trajectoire et de pratiques qui abordent les conditions d’entrée dans le métier et d’installation, l’évolution des pratiques professionnelles et le projet de transmission de l’exploitation.