La revalorisation du vignoble languedocien : authenticité vitivinicole et mutations en cours.

Caroline Senechal

Depuis les années 1980 le vignoble languedocien revalorise sa production, du fait de l’engagement de nouveaux acteurs aux dispositions socioculturelles spécifiques dans la promotion de crus d’excellence (Amiel, 2013) érigeant le vin en objet culturel identitaire (vin d’auteur, de terroir, vigneron-artiste, artisan). Dès lors, la socio-anthropologie des arts et de la culture permet d’interroger les pratiques professionnelles et les représentations du terroir sous le pan esthétique et émotionnel (Nahoum-Grappe, Vincent, 2004), révélant des faits décisifs dans cet essor.

Ainsi, je mène l’enquête ethnographique depuis deux ans sur la zone d’appellation des Terrasses du Larzac (AOC depuis 2014, Hérault), bientôt étendue à des territoires audois d’appellations historiques (Corbières et Minervois AOC depuis 1985, Fitou depuis 1948), auprès de tous les acteurs de la « chaîne de production » de la qualité : producteurs (statuts, itinéraires techniques variés, reconnus ou non, labellisés ou non), cavistes, sommeliers, œnologues, journalistes, conseillers techniques et marketing (profils, revendications hétérogènes, pouvoir d’influence ou non) et consommateurs avisés ou non. Aussi, l’observation participante dans de multiples contextes et un corpus d’une trentaine d’entretiens semi-directifs permettent d’établir une typologie des représentations de la qualité de terroir liées à divers degrés d’engagement émotionnel dans le métier, ayant de forts effets que je présenterai à travers des cas de terrain.

Selon la qualité des émotions (Wang, 1999) à l’égard du vin, des réseaux non institutionnels émergent et les formes réglementaires classiques (AOC, coopération viticole) se renouvellent, sur le registre socioaffectif : les choix des itinéraires techniques, de positionnement des vins sur le marché, de consommation (nouveau statut d’exploitant, revendications genrées, innovation, essor des « vins de table », « de pays », « de cépage », industriels et des vins naturels) sont déterminés par des jugements réciproques individualisés sur les personnes. Les procédures d’authentification sont personnifiées, démultipliées, brouillant les codes courants de la qualité (tradition, AOC, écologie, passion, vocation). Le terroir peut alors être vu comme le standard permettant de vendre les vins locaux à l’international (Demossier, 2011), définissant les consécrations vitivinicoles (Bourdieu, 1977). Dès lors, ces mutations questionnent la nature contemporaine de l’authenticité des vins. (2500 caractères espaces inclus)