De la science à l’expérience, la pluralité des savoirs en viticulture : le cas des maladies

Clémentine Hugol-Gential, Marie Simon, Aurélie Bertaux, Ouassila Narsis, Rami Belkaroui, Christophe Nicolle

Dans le cadre de cette intervention, nous présenterons un projet FUI visant à aider au travail de la vigne et de l’organisation de celui-ci. Ce projet a pour finalité de prédire l’état du cycle de la vigne et de la vinification, de prévenir la survenue de risques majeurs (maladies, ravageurs, arrêt de la fermentation, oxydation du vin, etc…) pouvant entraver à leur bon déroulement, d’établir une traçabilité de la vigne au verre mais aussi de fournir des recommandations aux opérateurs de ce secteur afin de mener à bien une production raisonnée du vin. Pour se faire, une ontologie est en cours d’élaboration et sera nourrie de trois types de données : les données issues de capteurs situés au pied des vignes et dans les cuves, celles issues de caméras embarqués et enfin celles provenant de l’analyse sémantique de verbatim de professionnels que nous détaillerons plus spécifiquement.

Ainsi après avoir brièvement dressé le panorama général du projet, nous rendrons compte de la méthodologie mobilisée visant à saisir les savoir-faire des professionnels et de les caractériser. Les savoir-faire professionnels reposent en effet sur des savoir théoriques, scientifiques et des savoirs d’expérience (Richardson, 2005). L’objectif du présent travail est de rendre compte comment ces savoirs cohabitent, s’enrichissent, se redéfinissent au regard de la réalité du terrain (Bonniel, 1983). Dans cette logique, nous présenterons le travail de constitution d’un corpus de référence autour du cycle de vie de la vigne et de la vinification. Ce dernier regroupe 40 documents autour de 7 thématiques (le pied de vigne, le cycle de la vigne, les maladies, les ravageurs, les risques climatiques, les risques physiologiques et la viniculture). Chaque thématique est conceptualisée sous la forme de cartes conceptuelles, chacune répondant aux règles logiques d’élaboration d’une ontologie, à savoir : quoi ? quand ? comment ? pourquoi ? les risques ? En parallèle, des grilles d’entretiens sur chaque thématique du corpus de référence ont été élaborées et 20 entretiens ont été réalisés auprès de viticulteurs afin de mieux saisir quand, comment et à quelles fins les différents savoirs sont mobilisés dans le cadre de leur métier. L’analyse du corpus d’entretiens a permis alors de mettre en lumière que les savoirs d’expérience sont pluriels reposant sur différents savoirs que nous détaillerons : les savoirs d’expérience des pairs (1), les savoirs d’interprétation du contexte, (dans le cas de la viticulture plus particulièrement, il s’agit le plus souvent de l’interprétation des paramètres météorologiques) (2), les savoirs liés aux essais et aux bricolages qui ne sont pas forcément vérifiés par des études scientifiques (3).

L’ensemble de ces travaux permet alors de construire une ontologie professionnelle en tenant compte des réalités de terrain dans une logique écologique et pragmatique (Barbier et al, 2013) et des expériences individuelles et collectives (Streith et de Gaultier, 2012 – Petit et Barataud, 2015) en considérant les savoirs théoriques, scientifiques et savoirs d’expérience.