Gestion des risques climatiques en viticulture et paradoxe d’Olson. Une étude de cas sur la région viticole Val de Loire

Sylvie Lupton

Anne Chartier

Cette recherche s’interroge sur la façon dont les viticulteurs perçoivent et gèrent les risques climatiques. En épluchant les verbatim d’entretiens menés auprès de 16 viticulteurs dans le Val de Loire de janvier à mai 2018, nous mettrons d’abord en avant la façon dont les agriculteurs appréhendent ces risques et quels outils ils utilisent pour se prémunir des risques climatiques dont la fréquence et l’amplitude ont augmenté ces dernières années (gel, grêle…). La méthodologie de recherche est hypothético-déductive, basée sur une enquête qualitative. A partir des verbatim récoltés auprès de ces 16 viticulteurs (entretiens semi-directifs en face à face), nous testerons les hypothèses suivantes à partir des constats suivants :

En dépit de la reconnaissance et d’un ressenti de l’existence du changement climatique constaté par les viticulteurs suite à divers aléas, les stratégies de prévention des risques climatiques restent au stade expérimental.

H1. Il existe une incertitude partagée sur l’efficacité des moyens de prévention pour faire face aux risques climatiques. Cette incertitude constitue un facteur primordial expliquant la non-utilisation des viticulteurs des outils de prévention.

Nous constatons sur le terrain que selon les caractéristiques de l’exploitation viticole (stade de vie, type de commercialisation, poids des engagements financiers, filière qualité, place de l’activité viticole par rapport aux autres productions de l’exploitation, pérennité de l’activité viticole sur l’exploitation), les stratégies de prévention des risques varient significativement.

H2. Les outils court-terme (assurance, hélicoptère, bougies) sont privilégiés par les exploitations viticoles aux engagements financiers lourds, et/ou ne transformant/commercialisant pas majoritairement leurs récoltes.

La pertinence de l’investissement individuel dans les moyens de prévention de moyen-long terme (supérieur à 5 ans) tels que l’éolienne et l’aspersion est infondée d’un point de vue technico-économique. Pourtant on constate que l’investissement collectif est au stade embryonnaire.

H3. Le paradoxe d’Olson offre une grille de lecture théorique nous permettant de comprendre un fait stylisé : bien qu’une action collective de gestion des risques serait individuellement bénéfique à l’ensemble des viticulteurs, ils continuent d’adopter des méthodes de gestion des risques individuelles.

Nous formulerons des éléments de réponse expliquant ce paradoxe à partir des constatations de terrain.

Nous finirons par proposer une grille d’analyse théorique nous amenant à mieux appréhender le comportement des viticulteurs étudiés dans le cadre de cette recherche.